Le déficit foncier

pour défiscaliser dans l'immobilier et réduire vos impôts

En quoi consiste le Déficit Foncier ?

Le principe consiste à retrancher des loyers perçus les diverses charges liées au(x) bien(s) loué(s). Lorsque celles-ci sont supérieures aux revenus fonciers, on parle alors de déficit foncier.

Lorsque le cas d’un déficit foncier se présente, le propriétaire peut soustraire ce déficit de ses autres revenus soumis à l’impôt (salaire, dividendes perçus, etc.) dans la limite de 10 700 euros. Et s’il dépasse ce plafond, le surplus peut être reporté, dans les mêmes limites annuelles, pendant 10 ans.

Comment bénéficier du Déficit Foncier ?

Pour avoir droit à cet avantage fiscal, il faut adopter le régime d’imposition dit « réel » sur les revenus fonciers. Quand les loyers versés représentent plus de 15 000 euros, il s’agit du régime fiscal par défaut.

deficit-foncier
deficit foncier defiscalisation reduire impots
Mais quand ils sont inférieurs à 15 000 euros, il faut en faire la demande auprès de l’administration car vous êtes alors normalement rattachés au régime du micro-foncier.

Ce dernier vous permet de réaliser un abattement forfaitaire de 30% de vos revenus locatifs. Les 70% restants sont ajoutés à vos autres revenus et imposés normalement, avec en plus la CSG de 15,5%.

Le Déficit Foncier, en résumé

Si vous avez des charges qui pèsent plus de 30% des revenus fonciers, vous avez tout intérêt à passer au régime réel.

Tous les propriétaires immobiliers d’un bien loué peuvent jouer sur le déficit foncier pour réduire leurs impôts, de même que les personnes qui ont investi dans des SCPI (Société Civile de Placement Immobilier).

Quels sont les avantages du Déficit Foncier ?

Investir en Déficit Foncier vous donne droit aux avantages suivants :

Vous voulez être informés sur le dispositif de défiscalisation en Déficit Foncier ?